Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Archive de l’auteur %s WANEP BENIN

JIF 2015

WANEP-BENIN CELEBRE LA JIF 2015

Le lundi 09 mars 2015, WANEP–Bénin a organisé à Porto-Novo un forum d’échange à l’endroit des femmes des groupementsd’activités génératrices de revenus (GAGR). ’’Autonomisation des femmes face au défi de la gestion des conflits dans les groupements d’activités génératrices de revenus’’ était le thème choisi.

A l’instar dela communauté internationale, le réseau WANEP-Bénin,à travers son programme “Femme dans l’édification de la paix, (WIPNET)”, a célébré la Journée Internationale des droits de la Femme. A l’occasion, un forum d’échange dont le thème est ’’Autonomisation des femmes face au défi de la gestion des conflits dans les groupements d’activités génératrices de revenus’’ a été organisé à l’endroit des membres des groupements d’activités génératrices de revenus de l’Ouémé-Plateau. Un thème qui a suscité l’intérêt de chacun des participantscar au sein de leurs organisations, comme au sein de toute organisation humaine, existentaussi des conflits.Des causeries ont été faites autour des sous thèmes suivants: “vie associative, gouvernance des organes de gestion”, “Leadership associatif”, “Litige, sanction et dissolution des GAGR”, “Manifestation et attitude face aux conflits” animés respectivement par Mesdames Bienvenue KASSEHIN,Facilitatrice du forum et Maryse GLELE AHANHANZO, chargée de programme’’ Femme dans l’édification de la paix’’avec l’appuiM. Julien OUSSOU, coordonnateur national du réseau.

Cette équipe a su tenir en haleine pendant une journéeune centaine de participants qui ont eux aussi joué leur partition par des partages d’expériences. De plus, ces participants venus de 35 groupements des communes dePobè, Sakété, Ifangni, Adja-ouèrè,Kétou, Porto-Novo, Sèmè-kpodji,Dangbo et Adjarra,ontété outillés sur la gouvernance pacifique des associations. A la fin, ils sont sortis aguerris et satisfaits de cette journée riche en échanges.

WANEP-Bénin, toujours dans sa dynamique d’accompagnement, s’est engagé à coacher certains groupements ayant sollicité son appui pour la résolution desconflits auxquels leurs associations sont actuellement confrontées.

              Tisser des relations pour la paix

16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre

 

16 Foires aux informations pour rompre avec le silence des victimes dans les collèges

Dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, placé cette année sous le thème #EcoutezMoiAussi, le Réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP-Bénin), à travers son programme ‘’Education à la Paix et la Non-Violence/EPNV’’ organise, du 30 novembre au 7 décembre 2018 et dans seize (16) collèges, une série de 16 foires aux informations dans le but de renforcer les aptitudes des potentielles victimes de violences sexuelles à se faire entendre.
A travers la mise en place de cinq (5) stands animés par les membres des clubs HSMS (Harcèlement sexuel en milieu scolaire), les élèves de seize (16) collèges des départements de l’Alibori, Atacora, Ouémé, Borgou, Donga, Couffo, Mono, Plateau, Zou, Atlantique et Littoral ont été informés sur les notions telles que l’estime de soi, l’éducation sexuelle, les mécanismes de dénonciation et surtout sur les comportements à avoir en cas d’agression sexuelle. Une démarche innovante, pour réveiller en ces élèves des réflexes, des aptitudes et des comportements pouvant leur permettre de prévenir et d’alerter en cas de violences sexuelles.
Dans chaque collège, il a été noté une forte mobilisation des élèves animés d’une curiosité à comprendre chaque notion et à visiter chaque stand. Au-delàs de la commémoration de la campagne des 16 jours d’activisme, ces activités ont aussi pour objectif de contribuer à la réduction du taux des violences sexuelles et de grossesses précoces dans les écoles du Bénin. A cet effet, les outils utilisés pour la foire sont remis officiellement aux responsables des clubs HSMS pour la poursuite des sensibilisations dans leur cadre respectif.
Il faut rappeler que la mise en œuvre de ces différentes sessions a été possible avec le soutien financier et technique de la GIZ, bureau de Cotonou.
Ensemble, tissons des relations pour la paix

Harcèlement Sexuel en Milieu Scolaire

Renforcement de capacité des représentants des clubs scolaires

Le réseau ouest-africain, Wanep-Bénin, appuyé par la GIZ, bureau de Cotonou a organisé le samedi 10 novembre 2018 un atelier de renforcement de capacité des représentants des clubs spécialisés dans la lutte contre le harcèlement sexuel en milieu scolaire. C’est la salle de conférence de l’hôtel Kaba de Natitingou qui a servi d’abri pour ledit atelier.

Renforcer les capacités des représentants des clubs scolaires de lutte contre le harcèlement sexuel en milieu scolaire sur les techniques et les outils d’animation en matière d’éducation sexuelle est l’objectif général de l’atelier organisé par WANEP-Bénin à travers son programme ‘’Education à la Paix et à la Non-Violence/ EPNV’’.  L’atelier a réuni trente-deux (32) représentants constitués des élèves, enseignants, encadreurs et animateurs de seize (16) clubs venus des départements de l’Atlantique, du Littoral, du Zou, du Mono, du Couffo, de l’Ouémé, du Plateau, du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga. Ces derniers ont été prioritairement entretenus sur plusieurs thématiques dont celle dédiée au renforcement de l’estime de soi. Une thématique qui sera au cœur de la campagne des 16 jours d’activisme de lutte contre les violences basées sur le genre.

A travers une démarche participative et inclusive basée sur des jeux ludiques et d’autres outils, les participants ont appréhendé les avantages de l’estime de soi, une valeur importante pour la réduction des grossesses précoces et le harcèlement sexuel.

En appelant le personnel enseignants et administratifs des collèges et lycées à une prise de conscience, Anne AKUETE a salué l’engagement de la Giz dans ce combat tout en exhortant les autres partenaires à accompagner WANEP-Bénin pour l’atteinte de l’idéal zéro grossesse et harcèlement sexuel en milieu scolaire au Bénin.

Les participants pour leur part, ont pris l’engagement de mettre en œuvre les nouvelles notions acquises au cours de cet atelier. Ils ont par ailleurs invité les apprenantes à l’exemplarité et les professeurs au-delà de leur manteau d’enseignant à être des éducateurs.

Ensemble, Tissons des rapports pour la paix.

Montée de l’Atacora pour nos terres

Pour célébrer la journée internationale des femmes rurales, les femmes bénéficiaires du projet « Du Kilimandjaro à l’Atacora pour nos terres », coordonnée par le Réseau ouest africain pour l’éducation de la paix (WANEP-Bénin), ont gravir au mont Kosso, dans la commune de Tanguiéta ce lundi 15 octobre 2018. Cette montée a pour objectif de faire un plaidoyer à l’endroit des autorités à divers niveaux pour un réel accès des femmes à la terre.

 Pour ces femmes venues des départements de l’Ouémé, du Couffo, du Plateau et de l’Atacora, à l’image de la montée de la montagne pénible et fastidieux, plusieurs d’entre elles, continuent de souffrir dans les villages pour avoir accès à la terre, certaines en sortent paralysées et d’autres en meurent. Pourtant, ont-elles fait remarquer, le Bénin a souscrit à des engagements internationaux qui promeuvent l’égalité entre l’homme et la femme en toute chose. Aussi, diront-elles, la Constitution béninoise reconnait à tous, hommes comme femmes une égalité de droit. Par conséquent, l’exclusion des femmes de l’héritage à la terre, malgré les dispositions du code des personnes et de la famille en la matière est une violation de la loi.

Au regard de ces différentes réalités auxquelles elles font face au quotidien, ces femmes, ont plaidé afin que les acteurs concernés agissent en faisant respecter les lois de la république qui promeuvent un égal accès à la terre dans les localités. « Faites des femmes des propriétaires de terres pour une meilleure sécurité alimentaire des populations », ont-elles martelé. Pour elles, il est temps d’agir pour libérer le droit d’accès à la terre des femmes.

A l’issu des cris des femmes, le Secrétaire Général de l’Atacora, Abdoulaye Affo, représentant du préfet du département, a souligné l’urgence de faire chaque année de cette célébration, des moments de réflexion profonde et de conscientisation des leaders et décideurs sur la problématique de l’accès des femmes à la terre. Entre reconnaissance et engagement, le maire de la commune de Tanguiéta, Paul Sahgui, a rassuré de sa détermination à sensibiliser ses pairs de l’association des communes de l’Atacora, Donga et surtout sa communauté afin que sa commune soit un modèle en matière d’accès des femmes à la terre.

En prélude à cette célébration, une séance d’échange autour du thème ‘’Accès des femmes à la terre et sécurité alimentaire ‘’ s’est tenue entre les leaders locaux et les femmes afin de permettre un partage d’expériences et de leçons apprises.

Ensemble, Tissons des relations pour la paix