Slider

Message du Président

Message du Pasteur Emmanuel Kancou OGOU, Président du Conseil d’Administration de WANEP-Bénin  « “La seule voie qui offre quelque espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité ...
Lire La Suite…

Articles récents

  • Avec l’appui financier et technique de la GIZ, le réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP-Bénin) à travers son programme Education à la paix et à la Non-Violence (EPNV) a initié une série de formation à l’intention des parents d’élèves des écoles pilotes de l’éducation à la paix et à la non-violence. Ces Lire la suite…

  • Lire ci-après la déclaration de la Plateforme électorale des OSC relative à la révision de la constitution de 1990: Déclaration Plateforme électorale sur la révision de la constitution

  • Vu le contexte actuel de la révision de la constitution béninoise, WANEP-Bénin a fait une analyse de la situation à travers un New Quick Update. Lire ci-après l’intégralité du document: Quick Updates_ Benin_Révision de la constitution_ fini

  • Venus des  départements de l’Ouémé, Atacora, Donga, Borgou, Alibori, Collines, Couffo, Mono et Plateau , les trente (30) représentants composés d’un enseignant et d’un élève sont issus de quatorze clubs scolaires des établissements suivant : CEG2 Kérou, CEG2 OUAKE, CEG Copargo, CEG Gogounou,  CEG Albarika, CEG Dassa,  CEG 1 Lokossa, CEG 2 Lokossa, CEG Aplahoué, CEG Azovè, Lire la suite…

Derniers Tweets

30/10/2019 at 4:51
Distinction des PTF et personnalités qui accompagnent @wanep_benin dans ses activités. #15answanep https://t.co/1LVOD03NxC wanep_benin photo
30/10/2019 at 2:56
Certaines économies de puissances existent à cause des conflits Dr @ExpeditOlogou sur le financement et durabilité des initiatives d'édification de la paix et de prévention des conflits au #Benin. #15ansWanepBenin https://t.co/MBClK8NK1L wanep_benin photo

Publications Facebook

WANEP-Bénin

Réseau d'ONG et Instituts oeuvrant pour l'édification de la Paix au Bénin
WANEP-Bénin
WANEP-Bénin07/11/2019 at 6:24
Dans sa dynamique de faire de la culture de la paix une réalité dans les écoles primaires, WANEP-Bénin à entrepris par le biais de son programme Education à la Paix et à la Non-violence /EPNV en plus de la formation des enseignants, la formation des parents d'élèves afin que ces derniers accompagnent convenablement leurs enfants dans ce processus d'apprentissage. C'est dans ce cadre qu'une série de formation est organisée à l'endroit des parents d'élèves de trois écoles réparties à Pobè, Adjarra et Porto-Novo. Ce jour même, c'est l'école primaire publique d'Adjégoulè de Pobè qui reçoit ladite formation.
WANEP-Bénin
WANEP-Bénin shared a post.06/11/2019 at 7:38
Déclaration:
Modification de la Constitution du 11 décembre 1990 en procédure d’urgence : Une occasion mal saisie

Dans la matinée du 1er novembre 2019, les 83 députés de la 8ème législature ont procédé, en procédure d’urgence, à la révision de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990.
Considérant la décision de la Cour Constitutionnelle DCC 06-74 du 08 juillet 2006 , qui affirme que « même si la Constitution a prévu les modalités de sa propre révision, la détermination du peuple béninois à créer un Etat de droit et de démocratie pluraliste, la sauvegarde de la sécurité juridique et de la cohésion nationale commandent que toute révision tienne compte des idéaux qui ont présidé à l’adoption de la Constitution du 11 décembre 1990, notamment le consensus national, principe à valeur constitutionnelle » ;
Considérant que notre pays le Bénin recherche, en ce moment, les voies et moyens pour rétablir sa cohésion nationale ;
Considérant que la participation citoyenne est une clé du développement humain et de l’harmonie sociale parce que permettant au citoyen de s’exprimer sur les décisions qui touchent sa vie ;
Considérant que la loi modificative de la Constitution, a été gardée secrète avant, lors et après le vote ;
Les Organisations de la Société civile rassemblées au sein de la Plateforme Electorale des OSC du Bénin s’insurgent contre cette manière dont notre Loi fondamentale a été révisée. Au regard de l’enjeu et de l’absence de toutes les tendances politiques au Parlement, elles regrettent que les députés de la huitième législature n’aient pas rendu disponible la proposition de loi portant modification de la Constitution et suscité des débats extraparlementaires autour des propositions d’amendements faites.
Les organisations de la Société civile réunies au sein de la Plateforme Electorale, tout en réaffirmant leur attachement aux principes de participation inclusive et au consensus, sur la forme :
- déplorent la conduite exclusivement parlementaire utilisée pour la révision de notre Constitution, surtout dans le contexte actuel de crise que traverse le pays depuis quelques mois ;
- déplorent, une fois encore, cette attitude des hommes politiques à mélanger aux préoccupations techniques qui font l’unanimité, des préoccupations politiciennes fortement discutables et le choix, chaque fois d’un passage en force pour conduire les processus de révision de notre Constitution. Cet état de choses érode le crédit de bonne foi accordée aux hommes politiques, renforce la suspicion des populations et fait perdre au pays des occasions de révisions techniques de la Constitution qui permettront des avancées consolidantes de la démocratie et le progrès.
Sur le fond, sous réserve de la publication officielle du texte amendé et se basant sur les versions officieuses qui circulent depuis le 1er novembre 2019, les OSC réunies au sein de la Plateforme électorale attirent l’attention sur :
- la question du Vice-Président : le portefeuille du Préfet a plus de consistance que celui du Vice-Président tel qu’énoncé. Aussi, tel que prévu, ce poste et le nouveau montage institutionnel qui en résulte ne remettent-ils pas en cause le régime présidentiel instauré par la Constitution du 11 décembre 1990 ?
- la disposition relative à la suppléance provisoire au niveau de l’Assemblée nationale. Elle est source de frustrations et de conflits internes au sein d’un même parti. En effet le suppléant dans ce contexte est relégué à un poste d’assistant alors qu’il est lui-même un élu du peuple au même titre que le titulaire.
- la question des élections générales. Cette question nécessite un débat national dans la mesure où il y avait une logique d’évaluation de la gouvernance par le Peuple qui sous-tendait les durées décalées des mandats législatifs et présidentiels adoptées par les constituants de 1990 ;
- la question du Parrainage et les autres conditions d’éligibilité pour l’élection Présidentielle. Elles renferment, au regard de l’expérience d’autres pays dont le Sénégal, des germes d’un conflit qu’il faut éviter.
Eu égard à tout ce qui précède, les OSC réunies au sein de la Plateforme électorale regrettent que la Cour Constitutionnelle ne soit pas restée dans la logique de la jurisprudence de 2006 sus-citée, en renvoyant les députés à la recherche du consensus national participatif de toutes les forces composantes du pays autour des amendements de la proposition modificative de la Constitution de 1990.
Elles déconseillent vivement, au Chef de l’Etat, la promulgation de cette nouvelle Constitution en l’état qui ne ferait qu’intensifier davantage la crise actuelle que traverse le pays.
Notre Constitution a certes besoin de toilettage. Mais si on doit la réviser, révisons-la ensemble.

Fait à Cotonou, le 06 novembre 2019

Pour la plateforme,
La Présidente,
Fatoumatou BATOKO ZOSSOU
WANEP-Bénin
WANEP-Bénin03/11/2019 at 10:00
DECLARATION

Révision en procédure d’urgence de la Constitution béninoise: alerte sur une complexification de la crise en cours au Bénin

Du 31 octobre au 1er novembre 2019, le Réseau WANEP-Bénin, a suivi avec consternation, le processus de révision de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990, en procédure d’urgence par les 83 députés issus des législatives contestées d’avril 2019 et sur la base d’une proposition de loi modificative gardée secrète jusqu’à la fin du processus.
La consternation du Réseau est grande au regard de l’ampleur de la manœuvre qui a touché près de 30% des articles de la Constitution avec de nouvelles dispositions de constitutionnalisation d’un vice-président et de renforcement des pouvoirs du Président de la République jamais discutées dans le pays.
Malheureusement, les caractéristiques de cette manœuvre donnent définitivement raison aux opinions qui soutiennent que les législatives d’avril 2019 ont été sciemment organisées, de manière non inclusive, pour servir cette cause de révision de la Constitution sans débat national et à l’unanimité d’un Parlement intégralement acquis à la cause de l’Exécutif.
Les dénonciations des formations politiques non représentées au Parlement et des citoyens s’étant, à plus de 70%, abstenu lors des législatives d’avril 2019 révèlent que cette révision constitutionnelle n’apaise pas la situation de crise que traverse le pays depuis plusieurs mois.
Le potentiel de renforcement de cette crise reste élevé pour les mois à venir et inquiète WANEP Bénin qui en alerte l’opinion nationale et internationale.
Ensemble, tissons des relations pour la paix.

Fait à Cotonou, le 04 novembre 2019


Pour le Réseau WANEP-Bénin,
Le Président du Conseil d’Administration,
M. Emmanuel K. OGOU
WANEP-Bénin
WANEP-Bénin02/11/2019 at 9:02
Les participants faisant les jeux de rôle sur l'auto défence en matière d'agression sexuel. Comment se défendre quand on est en face d'une situation ?

Agenda

«
»
DLMMJVS
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Vidéos

Nos partenaires